Green lifestyle

Manger mieux : les conseils d’une naturopathe

Il y a peu, j’ai consulté Emilie, qui est naturopathe à l’espace Sayya. Je vous ai déjà raconté le déroulé de la séance, et je voulais vous détailler ses conseils sur l’alimentation puisque c’est le sujet principal de ce blog 😊 Je lui ai vraiment posé un maximum de questions car c’est la partie sur laquelle j’étais très curieuse, et je suppose que vous aussi !

Je commence par lui dire que je suis un régime strictement vegan en dehors de quelques exceptions malheureuses ; et à 90% fait maison, à partir de produits bruts. A savoir également : après plusieurs prises de sang étalées sur quelques mois, je n’ai absolument pas de carences (juste un taux de fer un peu bas).

Emilie me demande de détailler une journée type dans mon assiette. Pour commencer, un petit dej à base de tartines de purée d’amande ou confiture moins sucrée, parfois avec un fruit en plus. Emilie note que je fais une « erreur » en associant des glucides simples crus (des fruits) avec d’autres aliments. En effet, l’acidité du fruit empêche la digestion de l’amidon (et donc du pain), et provoque des ballonnements et des soucis de digestion. 2 solutions : alterner les petits-dejs 100% fruits (fruits crus, fruits secs, oléagineux) et tartines ; ou encore garder mon petit dej et prendre le fruit à 11h, éloigné des repas.

Au déjeuner, j’essaie d’avoir une base féculent (du riz, par exemple), avec en général une sauce à base de légumes avec des protéines (un dhaal avec des épinards et des lentilles corail par exemple). Emilie me rappelle qu’il est important d’équilibrer les différents apports, ce qui lui semble bien fait ici.

Notamment, elle est contre la guerre du sucre ! En effet, l’apport calorique amené par les glucides doit représenter 50 à 55% du total. Le cerveau, les globules rouges, les muscles, …se nourrissent de glucides, donc interdit de les supprimer. Attention à bien distinguer glucides simples (les fruits, le sucre type glucose, fructose, etc) et les glucides complexes (les céréales (riz, quinoa, blé, etc), les féculents comme pommes de terre, les pâtes, …). Si l’on fait attention à la prise de poids, le matin est un bon moment pour faire le plein de glucides car le corps a besoin d’être lancé pour la journée, et le midi, on a le droit de s’accorder un dessert de temps à autres ! Le soir, plutôt à éviter (encore une fois si on est dans une optique de faire attention) car le métabolisme fonctionne au ralenti. On n’a pas besoin d’aliments apportant de l’énergie.

Pour ma part, j’ai besoin de féculents le soir car sinon j’ai tendance à me réveiller la nuit avec le ventre qui hurle à 3h du matin. Chaque personne reste différente, et il est important de s’écouter, de s’interroger sur son expérience personnelle, de suivre les instincts de son corps. Emilie me cite l’exemple de personnes ayant des problèmes d’acidité qui s’orientent naturellement et sans le savoir vers des aliments type patate-riz-pâte qui viennent faire « un pansement » pour contrer la trop grande acidité. Bref, faites confiance à votre corps et votre expérience.

Pour le dîner, ça reste comme le déjeuner pour ma part. Dans l’idéal, il faut 2 doses de protéines par jour (tofu, légumineuses, oléagineux, …) car le corps ne les stocke pas et elles ont un rôle majeur dans l’organisme. Quand on ne consomme pas de protéines animales, l’idée est de reconstituer les chaînes d’acides aminés qui les constituent en associant par exemple des légumineuses avec des céréales. Pour ceux qui mangent des œufs, le jaune d’œuf peu cuit apporte les 8 acides aminés essentiels à l’organisme (coucou à la prochain personne qui vous dit qu’on a BESOIN de manger de la viande). En dehors des protéines, il faut viser 2/3 de légumes, 1/3 de féculents pour composer son déjeuner, et moins de féculents (ou pas !) pour composer son dîner.

En tant que vegan, il faut également faire attention sur les omégas, les acides gras insaturés, qui ont un vrai rôle dans l’organisme. En dehors des poissons gras, on les trouve dans l’huile de lin, de colza, de tournesol, etc ; mais aussi dans les oléagineux (graines de chia, de lin, de tournesol, de chia, …). Attention à la conservation et à la cuisson pour éviter de détruire tous leurs bienfaits. Donc on alterne les huiles végétales, et on rajoute des graines à ses repas pour ne manquer de rien !

En été, on peut aussi favoriser les repas crus au maximum (ce qui est plutôt facile et agréable). Emilie me conseille même d’éviter de trop épicer car le corps « n’a pas besoin de feu » en été, selon les principes de la médecine ayurvédique. L’idée est plutôt d’alléger son organisme à cette période, pour se débarrasser des toxines et de l’eau stockées pendant l’hiver. L’hiver, on fait attention à faire le plein de magnésium, de zinc, de vitamine C, vitamine D, vitamine E qui permettent de maintenir un système immunitaire optimal, à compléter par des huiles essentielles si besoin.

En général, elle déconseille les produits laitiers (pas nécessaire avec moi 😬) car pleins d’antibios, d’hormones, ils acidifient l’organisme et sont très difficiles à digérer pour les adultes (bonjour le lactose et la caséine 👋). Pour ceux qui ont du mal à s’en passer, elle conseille d’éviter les produits laitiers au lait de vache, les yaourts et les fromages frais et de considérer le fromage comme un aliment plaisir (comme le chocolat par exemple). Pour les accros, préférez le lait de chèvre ou brebis. Le plaisir reste important et il est plus facile d’avoir une rigueur alimentaire en s’autorisant de temps à autres des « cheat meals » (pour moi ce sera le chocolat 😍).

Egalement à éviter : le café, qui a tendance à causer des problèmes de digestion et acidifie l’organisme. Le thé est beaucoup plus sain pour l’organisme, bien que l’idéal reste l’eau, à consommer plutôt en dehors des repas (1h après) pour éviter de noyer sa digestion. Idéalement, il faut se tourner vers une eau faiblement minéralisée pour soulager les reins, en filtrant par exemple l’eau du robinet.

Pour conclure la partie alimentation, je suis plutôt bonne élève, car je fais vraiment attention à l’équilibre des aliments.

Pour la suite, j’ai décidé d’essayer d’appliquer le fait de manger les fruits en dehors des repas (en m’en prenant un pour 11h ou 16h) et d’éviter de trop boire pendant les repas. Il faudrait peut-être que je fasse attention à manger plus systématiquement des protéines à chaque repas, ce qui n’est pas tout à fait le cas aujourd’hui.

Pour en savoir plus sur le déroulé de la séance avec Emilie, ça se passe ici. J’ai aussi rédigé un article complet avec ses conseils sur le sommeil (qui est un gros sujet pour moi !), qui est ici.

Pour réserver une séance avec Emilie, ça se passe directement sur le site de l’espace Sayya jusqu’au 17 septembre puis sur le site d’Emily (liens non affilié).

2 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *